Marie-Hélène Mestrallet nous dévoile ici son univers fantaisiste où l’art du trompe-l’œil, parfaitement maîtrisé, offre des mises en scène pleines d’humour, mais aussi de réflexions sur notre société, notre quotidien, notre condition. Une petite sélection de peintures, de sculptures et de portraits.
Patrick Idoux

mhmestrallet

Marie-Hélène Mestrallet.

Un tableau est un poème dont les mots sont devenus formes et couleurs. Chaque toile est une aventure nouvelle qui me rappelle mes années de maternité : l’idée fécondante, le lent mûrissement de l’œuvre, enfin la mise au monde dans une joie souvent mêlée d’inquiétude. J’aime devant une composition, rechercher l’éclairage qui donne mystère et vie à des formes très simples, et le symbole qui se cache en elles. Je ressens du bonheur dans cette alliance de la tradition et de l’idée nouvelle.
Marie-Hélène MESTRALLET

Issue d’une famille lyonnaise, Marie-Hélène Mestrallet manifeste très tôt un goût et des aptitudes pour les arts plastiques tout en poursuivant des études classiques. Ainsi, grâce à une sérieuse formation acquises auprès de Louis Bertola, elle exécute depuis 1953 de nombreux bustes et portraits plusieurs fois exposés à Lyon.

Si la peinture relève de la vie secrète, Marie-Hélène Mestrallet nous en donne la clé avec des toiles dont la plastique nous permet d’orienter nos rêves à partir du fini vers telle ou telle région de l’infini. Privilège rare que nous donne une artiste par ce grand jeu des métamorphoses.